Stéphane Nguyen

Stéphane Nguyen a découvert l’univers de la miniature en suivant un parcours très classique : le livre dont vous êtes le héros “le Sorcier de la Montagne de Feu” l’intrigue à sa sortie, et il prolonge l’expérience avec l’Oeil Noir qui le pousse à se procurer ses premières figurines. Puis, devant l’appel de Warhammer (plus particulièrement de Space Hulk), il finit par troquer ses enamels Humbrol pour un set de peintures acryliques, et le déclic se produit.

Il expose ses pièces au magasin Starplayer dans les années 90, qui est alors la Mecque du Paris figurinistique (bien avant l’avènement des réseaux sociaux et de la diffusion des images à laquelle nous sommes habitués). Repéré par Thierry Crabouliet qui lui donne sa chance, il réalise plusieurs scratchs pour la gamme Fenryll, première marque à mouler ses figurines 32mm en résine.

A l’orée des années 2000, le magazine Ravage, qui cherche un pigiste pourvu à la fois de compétences rédactionnelles et plastiques, lui commande une série d’articles techniques pour son contenu mensuel. Afin de renouveler les thèmes abordés, il se lance dans des conversions de plus en plus ambitieuses, qui se rapprochent au fil du temps de resculpts complets.

C’est en gagnant un concours de sculpture organisé par Ilyad Games qu’il acquiert de réelles bases de sculpture, tout en apprenant à se servir du milliput pour concevoir ses modèles.

Il devient professionnel dans la figurine en 2005 en décrochant un poste de sculpteur-modeleur/designer chez Rackham, parvenant à surmonter le changement de medium qui lui est imposé (tous les masters étant sculptés en Fimo dans le studio à ce moment-là).  Entre Confrontation et AT-43, l’opportunité de travailler sur des projets incroyables se présente.

Finalement, l’aventure Rackham se termine quelques années plus tard, et il poursuit son activité de sculpteur en freelance. Il a depuis prêté ses services à de nombreuses compagnies : Privateer Press, Smartmax, Mierce, Arena Rex, Fluogames, Studio McVey, CMON, Monolith, …

Le marché évoluant, il continue sa transition vers une carrière de sculpteur digital. 

Stéphane Nguyen fait partie de ces figurinistes pour lesquels l’aspect créatif a depuis longtemps supplanté le plaisir de jouer (même s’il ne refuse pas une partie de Space Hulk, de Warmachine ou de Terraforming Mars, son jeu favori depuis plusieurs années).

Porter la double casquette sculpteur & peintre professionnel lui permet de réfléchir à la mise en couleurs pendant l’élaboration des formes, d’optimiser l’agencement des détails et d’anticiper les attentes des peintres dès ce stade. Combinant des touches d’aérographe à des techniques de pinceau plus conventionnelles, la peinture de cet expérimentateur patenté n’est peut-être pas aussi léchée que celle des experts du NMM (il se revendique davantage de l’école métalliste) … il compte plus sur ses resculpts étonnants et ses détournements d’idées pour tirer son épingle du jeu.

Pour lui, les êtres malveillants aux formes racées sont toujours les plus impactants visuellement, et il pioche allégrement ses inspirations dans tout film, série TV ou jeu vidéo qui l’interpelle. Grand passionné de la trilogie Alien et des designs organiques en général, il scrute avec attention tout ce que fait Guillermo Del Toro, le réalisateur créatif à suivre depuis plusieurs années. Par contre, il est ouvertement simiophobe au dernier degré !

Et comme pour le projet lancé par Cernunnos, il se réjouit à chaque occasion de retravailler avec ses anciens compères de chez Rackham, notamment Martin Grandbarbe et Stéphane Simon.